Les Faucheurs Volontaires d'Ogm en Alsace

Les Faucheurs Volontaires d'Ogm en Alsace

| Actualités

Grande Nouvelle !

Les Faucheurs ont été RELAXES !!!

http://www.bastamag.net/Fauchage-de-vignes-OGM-une

Bière des faucheurs (posté le 25/03/2013 à 21:22)

Pour tous renseignements ou commandes de bière des faucheurs bio,  téléphonez au   03 89 77 00 21   ou  03 89 71 26 22.

 

Points de vente également :

- La Sommelière (Colmar près de la collégiale st martin)

- Natur'Ailes  (91, rue de la république à Guebwiller)

- Biocoop à Ingersheim

- Marché St Joseph à Colmar (stand de miel de Dominique Ganter - Abeille bleue)

 

Prix : 4,30 € par bouteille  ,  48 € le carton

Commentaires

Bière des faucheurs (posté le 24/02/2013 à 18:08)

Une bière des faucheurs bio est désormais disponible, pour en commander  ou devenir dépositaire, vous pouvez contacter Christian Vincent par téléphone au 03 89 71 26 22

Commentaires

Procès en appel (posté le 03/02/2013 à 22:17)

Le tribunal a annoncé la date de report du procès au 3 et 4 juillet 2013.

Le rendu de la cour de cassation (pourvoi de l'INRA) étant le 6 mars, le jugement sera connu et le procès pourra reprendre son cours. (avec ou sans l'INRA ? nous le saurons après le 6).

Commentaires

Nouvelles du procès (posté le 08/01/2013 à 20:52)

Le pourvoi en cassation de l'INRA aura lieu le 6 mars 2013

La date du procès en appel des faucheurs n'est pas encore connue.

Commentaires

Titre (posté le 08/01/2013 à 19:05)
Ecriture de l'article en cours.
Commentaires

Appel (posté le 13/07/2012 à 20:22)

Le procès des faucheurs volontaires de vignes OGM renvoyé

Militants anti-OGM et chercheurs de l’Inra ont manifesté de concert hier, devant la cour d’appel de Colmar. Photo Hervé Kielwasser
Militants anti-OGM et chercheurs de l’Inra ont manifesté de concert hier, devant la cour d’appel  de Colmar. Photo Hervé Kielwasser

Surprise hier matin, à Colmar. La cour d’appel a renvoyé le procès de faucheurs des vignes de l’Inra au 31 janvier 2013, suite à un problème de procédure.

Hier matin, devant la cour d’appel de Colmar, tout semblait parti comme en l’an 2011, année du procès en première instance des 60 faucheurs volontaires qui avaient arraché 70 plants de vigne transgénique à l’Inra (Institut national de recherche agronomique) de Colmar, le 15 août 2010. Faucheurs et comité de soutien avaient organisé leur traditionnel cortège, suivi d’une manifestation en musique et sketches toujours aussi bon enfant.
Petite évolution : des chercheurs de l’Inra s’étaient mêlés au groupe et tendaient leurs propres banderoles en dessous de celles de leurs opposants… On l’avait compris : l’institut avait décidé de ne pas laisser les faucheurs occuper, seuls, le terrain public et médiatique.
Cet état d’esprit s’est retrouvé ensuite à l’ouverture du procès où l’on a vu surgir les deux avocats de l’institut de recherche. Étonnant de prime à bord, puisque le procès ne devait porter que sur le volet pénal – culpabilité et quantum d’une éventuelle peine. En effet, après le délibéré de première instance, en octobre 2011, les faucheurs avaient fait appel de la décision, se désistant ensuite pour l’aspect civil, mais l’Inra avait alors décidé de ne pas faire appel, se limitant à un appel dit « incident ».
Du coup, l’indemnisation accordée par le tribunal correctionnel de Colmar, un total de 57 001 €, était définitive – précisons que l’argent n’a pas encore été versé. Du coup, aussi, le procès devait se dérouler sans partie civile mettant uniquement face à face les prévenus et le ministère public représentant de la société.
Mais l’Inra ne voyait pas les choses ainsi et a envoyé ses deux avocats et quelques témoins à l’audience. Ce qui, évidemment, n’a pas plu aux avocats des faucheurs : « L’Inra n’étant pas appelant, il ne peut intervenir puisque la question de l’indemnité est tranchée », a défendu M e Guillaume Tumerelle.
M e Michel Ledoux, pour les chercheurs, revendiquait, lui, une présence active au procès, puisque « la question de la culpabilité pouvait être remise en cause par la cour ». Et d’ajouter : « L’Inra veut porter la parole de la recherche française traumatisée par l’arrachage colmarien. »
Le ministère public, incarné par Madeleine Simoncello, a rejoint la position des faucheurs : « Je peux comprendre l’Inra qui ne veut pas laisser le champ libre à ses contradicteurs, mais le désistement de l’appel principal au civil des faucheurs entraîne automatiquement la caducité de l’appel incident de l’Inra. Cela consacre la fin de la procédure sur intérêt civil, donc l’Inra ne peut pas intervenir. »
Après 40 minutes de suspension, la cour a tranché en refusant la possibilité à l’Inra d’intervenir pendant le débat. Mais cette décision pouvant être contestée par un recours en cassation, le président Bernard Meyer a expliqué aux 47 faucheurs présents que le procès devait être renvoyé : « La loi dit que la cour ne peut statuer au fond pendant le délai d’un éventuel pourvoi. ». Il a donc donné rendez-vous à tout ce petit monde le 31 janvier 2013 pour une nouvelle audience.
REACTIONS
Les faucheurs. – « On a gagné sur cet incident avec l’Inra, mais ce qui est frustrant pour certains, c’est que les gens ont souvent dû prendre des congés pour ce procès, qu’ils ont fait le déplacement. On a peur aussi qu’une action en cassation repousse le procès très loin », ont déclaré les porte-parole Michaelle Rabillet et Jean-Pierre Frick. Juste après le procès, les avocats ont tenu une sorte d’assemblée générale avec leurs clients dans l’enceinte de la salle d’audience.
Hier soir, M e Tumerelle se réjouissait d’« avoir obtenu gain de cause. Le président a dit que ce n’était pas le rôle de l’Inra de venir réclamer une condamnation, c’est celui du ministère public. C’était un point important car l’Inra souhaitait s’incruster au procès. » Pour l’avocat, d’éventuels nouveaux reports ne poseraient pas de souci. Répondant à ses contradicteurs qui évoquent une possible QPC (question prioritaire de constitutionnalité), il rétorque : « Nous aussi, on réfléchit à une QPC, mais sur la définition du délit de violation de domicile. »
L’Inra. – L’institut n’a pas encore décidé s’il allait introduire un pourvoi en cassation. Il pourrait même en déposer un dit « conservatoire » pour passer outre le délai de cinq jours. « Nous allons réfléchir, a déclaré M e Ledoux. On pourrait aussi envisager une QPC, puisque l’absence d’une partie civile à un procès remet en cause le principe du débat contradictoire. »
La présidente de l’Inra avait fait le déplacement. Marion Guillou a expliqué que l’institut était venu « pour défendre la liberté de travailler des chercheurs ». Elle a ajouté : « On a envie d’expliquer le pourquoi de ces recherches. On sait bien que le mot OGM induit une réaction de rejet en France. On veut expliquer que les OGM, c’est du cas par cas. » Interrogée sur le fait que l’institut n’ait pas fait appel après la décision de première instance, elle a répondu : « Les collègues d’ici avaient envie de tourner la page. C’était une raison humaine. »
Sur le même sujet, M e Ledoux, qui semble regretter que son client n’ait pas voulu faire appel à l’époque, a ajouté : « Il y a là des raisons politiques. L’Inra est en lien avec le ministère de l’Agriculture, avec les syndicats dont la Confédération paysanne et ne veut pas mettre de l’huile sur le feu. L’Inra veut la paix des ménages… »

le 21/06/2012 à 05:00 par Annick Woehl
http://www.lalsace.fr/actualite/2012/06/20/plaidoirie-parodique-avant-le-proces-des-faucheurs-d-ogm-a-colmar

Commentaires

Report du procès (posté le 11/07/2012 à 21:45)

Le procès en appel a été reporté au 30 janvier 2013 (sous réserve du recours en cassation de l'INRA)

Commentaires

Programme du procès (posté le 11/06/2012 à 21:48)

Mardi 19 Juin à 20h15 : au cinéma Colisée à Colmar

Projection du film
« Small is beautiful » d’Agnès Fouilloux films Bonette et Minette sur le thème de la réalité actuelle d’une agriculture vivrière, saine et créatrice Suivi d’un débat avec la participation de Bernard RONOT, fondateur de l’association «Semences Paysannes », un jeune agriculteur installé sur une petite ferme, membre de la Confédération Paysanne et Michel DAVID, responsable de la commission OGM à la Confédération Paysanne

http://static.onlc.eu/soutiencolmarNDD/optimised/133943981990.jpg

 

Mercredi 20 juin
-7h30 : Départ du cortège des faucheurs en musique depuis le parking derrière la gare de Colmar, rue du Tir, vers la Cour d’appel
-8h sur les marches de la Cour d’Appel
Harangue par le Théâtre du Potimarron
Toute la matinée : stand d’information-débats du Comité de Soutien à proximité de la Cour d’Appel
-10h30: Spectacle- Forum du Théâtre du Potimarron sur le thème des OGM avec participation du public dans les scènes de forum
-12h: Près du tribunal : Echos du Tribunal : point presse, témoignages de Faucheurs Volontaires, musique. -12h30 : restauration sur place pour tous
L’après-midi : stand info du Comité de Soutien
-15h : Théâtre – Forum du Potimarron
- 18h: Près de la Cour d’Appel : Echos du Tribunal
-19h: au Natala à l’est de Colmar direction Freiburg, juste avant la sortie 25 de l’autoroute : repas en musique pour tous avec les «Stop Bure Brothers ».
- 20h : conférence-débat au Natala : « Faucher pour empêcher l’irréversible »
Avec les témoignages de Jean-Pierre Frick et d’autres faucheurs présents sur leurs motivations et la nécessité de leur action.

 

Jeudi 21 juin
- 7h30 : Accompagnement des faucheurs en musique avec les « Stop Bure Brothers »
Toute la matinée : stand d’information –débats du Comité de soutien à proximité de la Cour d’Appel
Animation et information au marché du jeudi à Colmar par les « Stop Bure Brothers »
- 12h: Près de la Cour d’Appel : Echos du Tribunal : point presse, témoignages de Faucheurs Volontaires, musique.
- 12h30 : restauration sur place pour tous
L’après-midi :
stand d’information – débats du Comité de soutien à proximité de la Cour d’Appel
- 18h: Près de la Cour d’Appel : Echos du Tribunal, point presse, avec témoignage des faucheurs volontaires
-19h : Repas en musique pour tous au Natala à l’est de Colmar direction Freiburg, juste avant la sortie 25 de l’autoroute
En soirée Départ du Natala après le repas pour une animation musicale en Ville pour la fête de la musique avec la chorale des faucheurs. Participez, apportez vos instruments !

http://static.onlc.eu/soutiencolmarNDD/optimised/133944039042.jpg

Commentaires

PROCES EN APPEL (posté le 04/06/2012 à 20:45)

Le procès aura lieu les 20 et 21 juin 2012.

Un programme d'animations et conférences autour du procès sera publié très prochainement !

19 juin à 20h,  soirée ciné débats  au Colisée à Colmar  avec la projection du film "Small is beautiful"

Commentaires

Bière des faucheurs (posté le 06/05/2012 à 22:04)

Pour distribuer largement la bière des faucheurs,  nous proposons à ceux qui le veulent de devenir distributeur de la bière des faucheurs. Il consiste à avoir quelques cartons de bière chez soi  et les vendre autour de soi dans son réseau,  à la bouteille ou au carton (4,50 € la bouteille  ou 45 € le carton).

Si vous êtes intéressés, vous pouvez contacter le comité par mail : soutiencolmar@mailoo.org

Commentaires

Page PrécédentePage suivante

Un "Comité de soutien aux 62 faucheurs de Colmar" s’est constitué le 28 sept 2010.

Son objectif est de soutenir les 62 personnes qui comparaîtront en justice pour avoir participé à la destruction, le 15 août 2010, des pieds de vignes transgéniques plantés en plein champ à l'INRA de Colmar pour un programme de recherche.

Au-delà de cet objectif, il s'agit d'une franche opposition à la culture ou aux essais de  plantes transgéniques en plein champ.


Tous droits réservés